1. Accueil
  2. Pied de page
  3. Technologie Européenne : Déclaration de mission

Technologie Européenne : Déclaration de mission

Ambition
Notre vision et notre mission sont renforcées par le rôle central que joue la technologie dans la construction d'un avenir durable et inclusif : l'humanité est aujourd'hui confrontée à des défis d'une ampleur sans précédent tels que le changement climatique, la surexploitation des ressources, les inégalités et les conséquences sociétales de l'ère numérique. Les réponses à ces défis passent nécessairement par la technologie, mais elles doivent être multidimensionnelles. Elles doivent prendre en compte à la fois les besoins et les aspirations des personnes et de notre environnement, et doivent se montrer respectueuses de la liberté individuelle et de la diversité. Cela ne peut se faire qu'en formant des citoyens technologiquement responsables, et des chercheurs qui saisissent pleinement le potentiel de la technologie ainsi que ses incidences multiples. Cela nécessite une approche fondamentalement nouvelle de la technologie et la formation des personnes afin de la promouvoir. Cela implique un nouveau modèle d'université. Ensemble, nous préparons l'avenir de l'Europe en construisant un modèle institutionnel pionnier pour développer un modèle technologique radicalement centré sur l’humain.
 

Nos valeurs

EUt+ réunit l'Europe, les universités et la technologie. La figure à droite expose notre vision commune sur chacun de ces principes, articulée autour de notre pilier central : "Think Human First".
Une technologie avant tout humaine
La technologie est plus qu'un ensemble de techniques ou de sciences appliquées. Elle est notre capacité humaine et essentielle à exprimer, penser et comprendre le monde par le biais d'artefacts. En ce sens, la technologie est une machine du progrès humain où se rencontrent arts et sciences. Elle est notre conscience face à une vie fragile. La technologie conditionne la prospérité humaine, tant économique qu'expérientielle. Elle est un moyen d'améliorer la condition humaine.

Placer la technologie dans une perspective humaine rappelle une analogie importante : celle entre un outil et son usage. Les développements techniques ont tendance à suivre leur propre logique ad hoc, qui n'est pas nécessairement alignée sur le bien-être et l’accomplissement de l'Homme. La technologie, au contraire, a toujours des racines et des objectifs humains. Dans le monde entier, les entreprises et les gouvernements jouent un rôle majeur dans la symphonie technologique, mais en Europe, les besoins humains et environnementaux, la liberté et le bien-être occupent une place plus importante dans l'orchestre. C'est pourquoi nous soulignons l'importance d'une approche de la technologie centrée sur l'utilisateur, qui combine prise de conscience de ses besoins, conception de prototypes et tests/évaluations avant le déploiement.

Nous avons évolué depuis les outils de pierre jusqu’à l'intelligence artificielle, pour le meilleur comme pour le pire. Aujourd'hui, les avantages et les risques de ces évolutions techniques sont plus importants que jamais, avec d'une part des avancées extraordinaires en médecine et dans les technologies de l'information, et avec d'autre part des menaces potentiellement existentielles comme le changement climatique. Au cours des deux dernières décennies, les modèles technologiques chinois et américains ont de plus en plus dominé le monde. Dans les années à venir, nous pensons qu'un modèle technologique centré sur l'homme sera essentiel, et que l'Europe est son foyer naturel. Notre mission est de faire naître ce modèle.

On considère souvent que la technologie englobe un ensemble d'outils et de solutions qui répondent à la complexité croissante des systèmes que nous créons, et à un ensemble de contraintes techniques, financières, économiques, commerciales et éthiques en rapide expansion. Les cadres de développement actuels tendent à considérer l'élément humain comme un facteur parmi d'autres. Nous devons placer l'humain au cœur de la technologie, limitant ainsi la mesure dans laquelle la technologie peut continuer à se développer indépendamment de l’Homme. La technologie est un domaine de création et d'échange de connaissances géré par l'homme, avec des ramifications scientifiques, techniques, sociales et sociétales. Cette exploration théorique et pratique est développée au sein d’un laboratoire dédié, le Laboratoire européen de culture et de technologie (ECT Lab+), qui imprègne tous les modules de travail de notre proposition.

La technologie ne consiste pas simplement à appliquer des résultats scientifiques, mais à comprendre le monde et ce que signifie être « humain ». Cela nécessite la création, le développement et la maîtrise d'outils conceptuels et de littératies numériques qui permettent aux individus, aux étudiants, aux chercheurs d'avoir une meilleure appréhension éthique des enjeux et de comprendre leurs implications à grande échelle. Les sciences et les techniques forment d'excellents ingénieurs et techniciens, mais combinées aux arts, aux humanités, à l'éthique et aux sciences sociales, elles font des professionnels remarquables et des citoyens technologiquement responsables. La (ré)intégration de l'éthique, des arts, des humanités et des sciences sociales dans les programmes technologiques classiques sera rendue possible par notre WP3, parallèlement à une responsabilisation plus générale de nos étudiants, reconnus comme les acteurs de leur propre formation et éducation.

Notre conception de la technologie centrée sur l'humain implique également la recherche, sujet que nous abordons dans le WP4 (groupe de travail dédié). Les véritables réalisations scientifiques ne découlent pas nécessairement du travail théorique « fondamental » de grands penseurs, dont les découvertes et les résultats peuvent ensuite être "appliqués" par des ingénieurs et des techniciens au monde matériel et économique parfois désordonné. Nous ne pensons pas dans le vide. Nous ne construisons pas la technologie dans le vide. Penser, c'est toujours penser "à" – aux personnes, aux valeurs, aux actions, aux objets de l'environnement immédiat ou lointain. Il n'y a pas de différence fondamentale entre la réflexion et l'action, ou entre le fondamental et l'appliqué. La technologie aussi peut être motivée par la curiosité. Dès qu'il y a réflexion, il y a un objectif, et donc une technologie.

En repensant la technologie, nous favoriserons l'émergence d'un modèle européen de technologie performant, axé sur le bien commun et l'épanouissement des personnes.
La diversité comme opportunité
L'Europe prend du retard sur ses principaux concurrents en termes d'innovation et de leadership technologique. Cela est vrai tant dans le domaine de la recherche de pointe qu'en ce qui concerne le siège des grandes entreprises mondiales. On dit souvent que l'une des causes de ce phénomène est la fragmentation des cadres juridiques et réglementaires. Il est clair que ces derniers représentent un défi. Par exemple, malgré des progrès remarquables au cours des vingt dernières années, les processus nationaux d'accréditation de l'enseignement supérieur ralentissent le lancement de cours universitaires communs, reconnus au niveau européen, tels que ceux que nous visons dans le cadre du WP3. S'attaquer à ce genre de questions sera l'un des principaux enjeux de notre projet.

Cependant, nous sommes convaincus que la diversité des langues et cultures, des origines socio-économiques et des compétences, constituent les grands avantages compétitifs de l'Europe, et qu’ils pourraient conduire à une grande valeur ajoutée sur le plan social comme sur le plan économique. La diversité est l'un des composants clés de l'innovation et de l'intelligence collective, elle fonde des sociétés économiquement et culturellement dynamiques. Nous partageons une solide culture technologique, mais aussi une grande diversité de cultures, de langues et d'expériences. Elle constitue une incroyable valeur ajoutée pour relever les défis mondiaux. Avec le soutien des réglementations nationales et européennes, nous pouvons tirer parti de notre diversité linguistique et culturelle pour une innovation plus sociale et durable.

Afin de comprendre les implications systémiques et éthiques du développement technologique, nos étudiants ont besoin d'un bagage culturel plus étendu. En effet, le multilinguisme, qui est l'une des pierres angulaires du projet européen, est un symbole puissant de l'aspiration de l'Union européenne à être unie dans la diversité. Les langues étrangères occupent une place de choix parmi les compétences qui permettront aux individus de mieux se préparer au marché du travail et de tirer le meilleur parti des opportunités.

L'Union européenne s'est fixée comme objectif que chaque citoyen, dès son plus jeune âge, ait la possibilité d'apprendre au moins deux langues étrangères. Le multilinguisme est donc une compétence idéale en devenir, et dans cet élan, l’EUt+ va adopter une approche plurilingue. L’EUt+ met ainsi l'accent sur le développement de communicateurs efficaces, qui dessinent un répertoire de connaissances linguistique et culturelle flexible, créative et individualisé, comme le propose le Conseil de l'Europe.

La mobilité et les langues sont essentielles pour élargir les horizons. À partir des contributions de nos étudiants, nous développerons dans le WP5 un plan de mobilité original et ambitieux, qui tient compte de l'impact territorial et environnemental.

La diversité est un atout majeur pour notre rayonnement territorial. En se consacrant fermement au bien commun, l’EUt+ et ses partenaires s'efforcent de s'aligner sur les priorités mondiales (par exemple, les ODD), les priorités européennes (par exemple, les missions Horizon) et les priorités régionales (S3)). C'est pourquoi nous partageons et échangeons des connaissances et des compétences avec de nombreux partenaires privés et publics.

Nos huit régions partagent des priorités économiques, scientifiques et politiques, mais chacune a également des spécificités. Elles partagent une identité commune en étant centrées sur la technologie et l'humain, et chacune possède des domaines de spécialisation distincts. Cela crée un terrain incroyablement fertile pour les synergies, notamment lorsqu'une institution localisée dans une région possède une expertise dans un domaine pertinent pour une autre. L'intégration de diverses institutions issues de diverses régions ouvre d'innombrables possibilités et renforce le système dans son ensemble. Tout en étant localisés dans nos territoires respectifs, nous sommes connectés mondialement grâce à un réseau de partenariats mis en œuvre dans le WP7.
Une université inclusive
Dans le climat socio-politique européen actuel, défendre un modèle d’université basé sur la diversité et l’inclusion devient primordial. Les universités classiques sont généralement de grands phares de recherche intensive, dont les activités couvrent toutes les disciplines et tous les niveaux d'enseignement. Ces universités ont une compréhension académique de ce qui fait un bon étudiant. S'adressant principalement aux meilleurs, elles risquent de négliger de bons étudiants, qui auraient besoin d'un environnement plus favorable et personnalisé pour réussir. Le résultat de cette équation se traduit trop souvent par du chômage ou du sous-emploi. Il en résulte l’un des plus grands défis de l'Europe : le sentiment de division sociale et d'inégalités croissantes.

Plus généralement, les pays de l'OCDE sont confrontés simultanément à un manque de compétences en ingénierie et à des taux de chômage élevés. Certaines entreprises sont amenées à délocaliser par manque de compétences techniques ou de gestion locale, et de nombreux étudiants peinent à trouver un emploi après l'université. Ces deux problèmes ont une seule et même solution : une éducation véritablement inclusive.

L’EUt+ tire parti de la technologie pour combler le fossé de l'inclusion, et tire parti de l'inclusion pour rendre la technologie plus humaine. Notre objectif est d'éduquer et de soutenir tous les étudiants.

L'inclusion est une priorité, c'est pourquoi nous en avons fait l’objet du WP2. Notre objectif final est de garantir une expérience éducative pertinente à tous, et que chaque élève trouve un rôle dans la société. Nous nous engageons à fournir une véritable équité d'accès, offrant à tous nos étudiant la possibilité de réussir, à l'intérieur comme à l'extérieur de notre établissement.

Nous assurerons et promouvrons de manière proactive l'inclusion, en particulier l'égalité des sexes et des races pour tous dans notre communauté élargie. C’est pour cette raison que nous sommes véritablement une université globale. Nous reconnaissons que nous sommes tous formés et informés dans des conditions socio-historiques spécifiques, et que les inégalités se reproduisent de manière dynamique à tous les niveaux de la vie sociale, organisationnelle et politique. Il n'y a pas « d'extérieur » à nos conditions socio-historiques. Nous nous engageons en faveur d'une technologie qui met clairement en avant ses hypothèses, ses objectifs et ses résultats, permettant aux non-experts de comprendre et, si nécessaire, de remettre en question ses mécanismes internes.

Dans ce but, nous pensons qu'EUt+ peut devenir un acteur clé au sein des institutions européennes au niveau politique (WP8). Nous savons que sans l'avis éclairé d'experts en science et en technologie, le poids de l'Union Européenne à l'échelle mondiale restera inférieur à ce qu'il pourrait être.

Le besoin d’actions plus audacieuses pour faire face aux défis mondiaux est de plus en plus urgent. La technologie pourra jouer un rôle central dans la réponse à ces problèmes : l'Université européenne de technologie sera une référence pour les décideurs politiques et contribuera à orienter la stratégie européenne vers des solutions communes et factuelles aux problèmes mondiaux.
Objectif

De huit…

La création de l'Université européenne de technologie est la principale priorité de chacune de nos institutions. Si aujourd'hui nous sommes huit, demain nous serons un : Nos huit institutions sont toutes des universités de technologie avec de fortes missions territoriales et éducatives, et toutes partagent un appétit pour la transdisciplinarité, et une approche de la technologie centrée sur l'humain. Un large réseau de coopération est déjà en place entre nos huit universités, qu'il s'agisse de coopération administrative (carte étudiante, accords Erasmus+) ou scientifique (projets de recherche conjoints).

Nous sommes fiers d'être les ateliers de nos villes plutôt que leurs cathédrales, fiers que notre impact soit plus important que notre visibilité internationale. Au niveau mondial, nous nous situons dans le quartile 500+ des universités mondiales. Chacune d'entre nous est une institution bien établie au niveau régional, et nous sommes perçues comme l'université de "sciences appliquées" de nos villes respectives lorsque la ville est suffisamment grande, ou l'université d'une ville secondaire dans les autres cas.

Nous sommes profondément ancrés dans nos territoires et remplissons d'importantes fonctions sociales et économiques. Nous contribuons remarquablement aux perspectives d'emploi de nos étudiants, et prenons une position forte pour le renouveau industriel de l'Europe. En tant que telles, nous sommes des universités "citoyennes" qui sont aussi profondément pragmatiques. Nous envisageons une Europe de réseaux territoriaux, et mettons en œuvre cette vision à travers les WP1, WP2, WP3 et WP4.

Nous avons tout à gagner à nous réunir, c’est ce qui nous permet d'être ambitieux et de tracer une trajectoire vers une intégration complète.
 

… à un

À long terme, notre objectif est d'intégrer pleinement nos huit institutions existantes.

La trajectoire vers une intégration complète est décrite dans le calendrier suivant. Elle nécessitera une évolution des cadres réglementaires nationaux et européens.
mise à jour le 28 avril 2022